• Une fois n'est pas coutume, voici une vidéo

    Pour une bonne cause, alors écoutez là

    Le plus possible. Amitiés.

     

     

     

    Technorati

    votre commentaire
  • Au premier temps de la valse

    Toute seule tu souris déjà

    Au premier temps de la valse

    Je suis seul, mais je t'aperçois

    Et Paris qui bat la mesure

    Paris qui mesure notre émoi

    Et Paris qui bat la mesure

    Me murmure murmure tout bas 

    (Refrain)

    Une valse à trois temps

    Qui s'offre encore le temps

    Qui s'offre encore le temps

    De s'offrir des détours

    Du côté de l'amour

    Comme c'est charmant

    Une valse à quatre temps

    C'est beaucoup moins dansant

    C'est beaucoup moins dansant

    Mais tout aussi charmant

    Qu'une valse à trois temps

    Une valse à quatre temps

    Une valse à vingt ans

    C'est beaucoup plus troublant

    C'est beaucoup plus troublant

    Mais beaucoup plus charmant

    Qu'une valse à trois temps

    Une valse à vingt ans

    Une valse à cent temps

    Une valse à cent ans

    Une valse ça s'entend

    A chaque carrefour

    Dans Paris que l'amour

    Rafraîchit au printemps

    Une valse à mille temps

    Une valse à mille temps

    Une valse a mis l'temps

    De patienter vingt ans

    Pour que tu aies vingt ans

    Et pour que j'aie vingt ans

    Une valse à mille temps

    Une valse à mille temps

    Une valse à mille temps

    Offre seule aux amants

    Trois cent trente-trois fois l'temps

    De bâtir un roman 

    Au deuxième temps de la valse

    On est deux, tu es dans mes bras

    Au deuxième temps de la valse

    Nous comptons tous les deux : une deux trois

    Et Paris qui bat la mesure

    Paris qui mesure notre émoi

    Et Paris qui bat la mesure

    Nous fredonne, fredonne déjà 

    (au Refrain) 

    Au troisième temps de la valse

    Nous valsons enfin tous les trois

    Au troisième temps de la valse

    Il y a toi, y a l'amour et y a moi

    Et Paris qui bat la mesure

    Paris qui mesure notre émoi

    Et Paris qui bat la mesure

    Laisse enfin éclater sa joie.

     

    (au Refrain)

    Lalala la lalala

     

    Paroles et Musique: Jacques Brel   1959 © Phonogram Paris

     

    Technorati

    votre commentaire
  • Bien sûr, nous eûmes des orages

    Vingt ans d'amour, c'est l'amour fol

    Mille fois tu pris ton bagage

    Mille fois je pris mon envol

    Et chaque meuble se souvient

    Dans cette chambre sans berceau

    Des éclats des vieilles tempêtes

    Plus rien ne ressemblait à rien

    Tu avais perdu le goût de l'eau

    Et moi celui de la conquête

     

    {Refrain:}

    Mais mon amour

    Mon doux mon tendre mon merveilleux amour

    De l'aube claire jusqu'à la fin du jour

    Je t'aime encore tu sais je t'aime

     

    Moi, je sais tous tes sortilèges

    Tu sais tous mes envoûtements

    Tu m'as gardé de pièges en pièges

    Je t'ai perdue de temps en temps

    Bien sûr tu pris quelques amants

    Il fallait bien passer le temps

    Il faut bien que le corps exulte

    Finalement finalement

    Il nous fallut bien du talent

    Pour être vieux sans être adultes

     

    {Refrain}

     

    Oh, mon amour

    Mon doux mon tendre mon merveilleux amour

    De l'aube claire jusqu'à la fin du jour

    Je t'aime encore, tu sais, je t'aime

     

    Et plus le temps nous fait cortège

    Et plus le temps nous fait tourment

    Mais n'est-ce pas le pire piège

    Que vivre en paix pour des amants

    Bien sûr tu pleures un peu moins tôt

    Je me déchire un peu plus tard

    Nous protégeons moins nos mystères

    On laisse moins faire le hasard

    On se méfie du fil de l'eau

    Mais c'est toujours la tendre guerre

     

    {Refrain}

     

    Oh, mon amour...

    Mon doux mon tendre mon merveilleux amour

    De l'aube claire jusqu'à la fin du jour

    Je t'aime encore tu sais je t'aime

     

     

    Technorati

    votre commentaire
  • Jacques Brel

    Compositeur

    Jacques Brel, né le 8 avril 1929 à Schaerbeek, une commune de Bruxelles, et mort le 9 octobre 1978 à Bobigny, est un auteur-compositeur-interprète, poète, acteur et réalisateur belge. Wikipédia

    Décès : 9 octobre 1978, Bobigny

    Épouse : Thérèse Michielsen (m. 1950–1978)

    Films : L'Emmerdeur, L'aventure c'est l'aventure, plus…

    Jacques Brel - Ne Me Quitte Pas

     

     

     

     

     

     

    Ne me quitte pas

    il faut oublier

    tout peut s'oublier

    qui s'enfuit déjà

    oublier le temps

    des malentendus

    et le temps perdu

    à savoir comment

    oublier ces heures

    qui tuaient parfois

    à coups de pourquoi

    le coeur du bonheur

    ne me quitte pas

    ne me quitte pas

    ne me quitte pas

    ne me quitte pas.

    Moi je t'offrirai

    des perles de pluie

    venues de pays

    où il ne pleut pas

    je creuserai la terre

    jusqu'après ma mort

    pour couvrir ton corps

    d'or et de lumière

    je ferai un domaine

    où l'amour sera roi

    où l'amour sera loi

    où tu seras roi

    ne me quitte pas

    ne me quitte pas

    ne me quitte pas

    ne me quitte pas.

    Ne me quitte pas

    je t'inventerai

    des mots insensés

    que tu comprendras

    je te parlerai

    de ces amants-là

    qui ont vu deux fois

    leurs coeurs s'embraser

    je te raconterai

    l'histoire de ce roi

    mort de n'avoir pas

    pu te rencontrer

    ne me quitte pas

    ne me quitte pas

    ne me quitte pas

    ne me quitte pas.

    On a vu souvent

    rejaillir le feu

    d'un ancien volcan

    qu'on croyait trop vieux

    il est paraît-il

    des terres brûlées

    donnant plus de blé

    qu'un meilleur avril

    et quand vient le soir

    pour qu'un ciel flambole

    le rouge et le noir

    ne s'épousent-ils pas?

    Ne me quitte pas

    ne me quitte pas

    ne me quitte pas

    ne me quitte pas.

    Ne me quitte pas

    je ne vais plus pleurer

    je ne vais plus parler

    je me cacherai là

    à te regarder

    danser et sourire

    et à t'écouter

    chanter et puis rire

    laisse-moi devenir

    l'ombre de ton ombre

    l'ombre de ta main

    l'ombre de ton chien

    ne me quitte pas

    ne me quitte pas

    ne me quitte pas

    ne me quitte pas.

     

    Technorati

    votre commentaire
  • Une manie de vieux garçon

    Moi j'ai pris l'habitude

    D'agrémenter ma solitude

    Aux accents de cette chanson

     

    (Refrain)

    Quand je pense à Fernande

    Je bande, je bande

    Quand j'pense à Félicie

    Je bande aussi

    Quand j'pense à Léonor

    Mon dieu je bande encore

    Mais quand j'pense à Lulu

    Là je ne bande plus

    La bandaison papa

    Ça n'se commande pas.

     

    C'est cette mâle ritournelle

    Cette antienne virile

    Qui retentit dans la guérite

    De la vaillante sentinelle.

     

    (au Refrain)

     

    Afin de tromper son cafard

    De voir la vie moins terne

    Tout en veillant sur sa lanterne

    Chante ainsi le gardien de phare

     

    (au Refrain)

     

    Après la prière du soir

    Comme il est un peu triste

    Chante ainsi le séminariste

    A genoux sur son reposoir.

     

    (au Refrain)

     

    A l'Etoile où j'étais venu

    Pour ranimer la flamme

    J'entendis ému jusqu'aux larmes

    La voix du soldat inconnu.

     

    (au Refrain)

     

    Et je vais mettre un point final

    A ce chant salutaire

    En suggérant au solitaire

    D'en faire un hymme national.

     

    (au Refrain)

     

    Paroles et Musique: Georges Brassens   1972 © Editions musicales 57

     

    Technorati

    votre commentaire