• Ray Charles, de son vrai nom Ray Charles Robinson, surnommé « The Genius » (le génie) (23 septembre 1930 - 10 juin 2004), est un chanteur compositeur arrangeur et pianiste américain dont la carrière fut riche en différents styles musicaux : le jazz, le gospel, le blues, la country, le rhythm and blues et le style qu'il créa : la soul, à l'origine de beaucoup de styles musicaux actuels.

    Ray Charles Robinson est né le 23 septembre 1930, en pleine période de la grande dépression économique. Sa famille est réellement très pauvre, ils viennent d'Albany en Géorgie. Il est élevé par sa mère Aretha Williams à Greenville en Floride. Il fait une petite approche du piano avec Wylie Pitman (piano stride), un homme qui jouait dans le bar de son village. Son enfance est marquée par des traumatismes physiques et psychologiques : À 4 ans, il est atteint d'un glaucome(diagnostic non officiel). Un an plus tard, il est témoin impuissant de la noyade de son petit frère qui n'avait que 3 ans (cet épisode le marqua profondément). À 7 ans, sa cécité est complète et il est placé dans une institution spécialisée. C'est dans cette école que, 9 années durant, il apprend la composition, ainsi que la pratique de plusieurs instruments, dont la clarinette, le saxophone alto et le piano (instrument qu'il ne put étudier immédiatement car, au moment de sa venue, les effectifs de l'école étaient complets). Malgré un enseignement musical essentiellement classique, ses préférences s'orientent rapidement vers des musiques contemporaines : le gospel, le blues, le jazz et le country. Bien que les patients de cet institut fussent aveugles, les noirs et les blancs étaient séparés.

    Âgé de 15 ans, il perd sa mère et décide de quitter l'institution. Il se fait héberger par une amie de sa mère à Jacksonville, où il commence à travailler comme musicien. Il tente ensuite sa chance à Chicago, à Orlando, puis à Tampa, où il gagne à peine de quoi survivre en jouant du piano dans des orchestres de danse.

    Ray Charles - Hit The Road Jack

     

    Technorati

    votre commentaire
  •  

    Francis Cabrel, né le 23 novembre 1953 à Astaffort , est un auteur-compositeur-interprète français.

    Francis Cabrel naît dans une famille modeste originaire du Frioul en Italie, d'un père ouvrier dans une biscuiterie et d'une mère caissière dans une cafétéria. Il a une sœur, Martine, et un frère, Philippe. Il passe son enfance à Astaffort, dans le Lot-et-Garonne, où il vit actuellement avec sa femme et ses trois filles.

    À treize ans, il entend pour la première fois Like a Rolling Stone de Bob Dylan à la radio ; une découverte qui aura une influence majeure dans sa carrière2. À Noël, son oncle Freddy lui offre uneguitare ; il se met ainsi à composer ses premiers morceaux afin de lutter contre sa timidité. Il se met alors à reprendre les chansons de Neil YoungLeonard Cohen et évidemment Bob Dylan, apprenant l'anglais en traduisant les paroles. Il racontera plus tard qu'il pensait que sa guitare lui permettait de se rendre plus intéressant aux yeux des autres. À 17 ans, il commence à monter plusieurs groupes de folk rock mais ceux-ci ne tiennent pas longtemps.

    Renvoyé du Lycée Bernard Palissy d'Agen pour indiscipline, il part travailler à 19 ans dans un magasin de chaussures tout en jouant dans des bals locaux avec un groupe « Ray Frank et les Jazzmen ». Le groupe se renomme par la suite « les Gaulois » à cause des moustaches de chacun des membres. En effet, à cette époque, Cabrel arbore un style hippie, cheveux longs et moustaches.

    En juin 1974, à Toulouse, il participe à un concours de chanson de Sud Radio durant lequel se succèdent 400 candidats devant un jury composé notamment de Daniel et Richard Seff. La chanson Petite Marie,(album Les Murs de poussière), dédiée à sa femme Mariette, lui permet de remporter le concours et le prix de 2 000 francs. De plus, les frères Seff lui ouvrent les portes de la firme CBS.

    Managé en début de carrière par Jacques Marouani, c'est ensuite à Maurice Tejedor - producteur de spectacles dans le grand Sud-Ouest, avec qui il lie des liens amicaux au cours d'une mini-tournée - qu'il confie l'organisation de ses spectacles et de ses tournées. Une aventure de plusieurs années qui les conduira de la scène de l'Olympia à celles de l'Hexagone, mais aussi de la Suisse, de la Belgique, de l'ancienne Allemagne de l'Ouest et de Berlin-Est, du Québec, Tahiti, la Nouvelle-Calédonie, la Réunion, Maurice, etc.

    Technorati

    2 commentaires
  •  

    J'ai beaucoup aimé cette chanson, dont la musique est très belle.

    Technorati

    votre commentaire
  • J'ai fait cette découverte grâce à une amie, et j'ai trouvé cela tellement beau que j'ai voulu le partager.

     

    Technorati

    votre commentaire
  •  

    Yves Duteil est un chanteur français et auteur-compositeur-interprète né le 24 juillet 1949 à Paris.

     

    Yves Duteil débute son éducation musicale par l'apprentissage du piano avant de découvrir la guitare à l'adolescence. Après son bac, il étudiera - très brièvement- le Droit avant de s'orienter vers la musique, en intégrant le Petit Conservatoire de la chanteuse Mireille. Son premier titre sort en 1972Virages, marqué par les premières parties de Régine à Bobino ou de Juliette Gréco à L'Olympia. C'est un concours, organisé dans le cadre du Festival International de la Chanson Française de Spa en Belgique, qui va lancer sa carrière en 1974 puisque Duteil y remporte les Prix du public et de la meilleure chanson. Dans la foulée, le chanteur sort L'écritoire. En 1976 sort J'attends, son deuxième album pour lequel le chanteur se voit remettre les prix « Jeune Chanson » du Haut Comité de la langue française. Deux nouveaux prix l'attendent, celui l'Académie Charles-Cros et du Secrétariat à la Culture. Un an plus tard son troisième opus est bouclé et s'intitule Tarentelle (1977). De cet album sont extraits trois titres à succès, parmi lesquels la chanson la plus emblématique d'Yves Duteil, Prendre un enfant. Le morceau sera élu « Plus belle chanson du siècle » en 1988, d'après un sondage commun RTL/SACEM/Canal +. C'est donc un artiste au sommet qui part à la rencontre de son public en 1978, marqué par un concert au Théâtre des Champs-Elysées.

    En 1981, Yves Duteil a créé les Éditions de l'Écritoire, devenant ainsi son propre producteur.

    En 1983, il sort l'album Statue d'Ivoire et reçoit l'insigne de Chevalier des Arts et Lettres. En grand amoureux de la langue française, Yves Duteil revient dès 1985 avec La Langue de chez nous. La chanson-titre obtient une médaille d'argent de l'Académie Française ainsi qu'un trophée de la meilleure chanson française décerné par la SACEM.

    Sa chanson Prendre un enfant a été élue meilleure chanson française du xxe siècle, selon le mensuel Notre temps[réf. nécessaire] en 1987 et est arrivée en 1988 en tête d'un sondage organisé par laSACEMRTL et Canal+, visant à déterminer le hit-parade des plus belles chansons du siècle1.

    En 1990, il est nommé Chevalier dans l'Ordre national du Mérite et, en 1996, Chevalier dans l'ordre de la Légion d'honneur.

    Il s'illustre lors des Jeux Olympiques d'Albertville en 1992 en signant La fleur de l'impossible, chanson choisie par le Comité Olympique pour les Jeux d'Hiver.

    Il est également membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence.

    En 1997, il reçoit le grand prix de la SACEM (Auteur-Compositeur-Interprète). Le chanteur sort un nouveau disque très engagé, Touché, sur lequel on retrouve notamment,le titre Dreyfus aux côtés de "La Tibétaine", écrite pour défendre Ngawang Sangdrol, prisonnière d'opinion au Tibet (arrêtée à l’âge de 11 ans et condamnée à 24 ans de prison, elle est à présent libérée), et "Grand-Père Yitzhak", écrite pour Yitzhak Rabin .

    En 2009, au moment du lancement de son album (Fr)agiles au Québec, l'éditeur musical québécois Jehan V. Valiquet devient, avec sa maison d'éditions Musinfo, le représentant exclusif du catalogue d'Yves Duteil au Québec et au Canada. Cette même année, Yves Duteil sort son premier DVD de son spectacle (fr)agiles, enregistré au Théâtre Déjazet à Paris.

    Technorati

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique