• Pacifique - Quand tu serres mon corps

    Pacifique

    Musicien

    Pacifique était un groupe français formé à la fin des années 1980 à Toulouse. Il s'agissait d'un trio composé de la chanteuse Catherine Nozeran née Cathaladite Cathy Cathala, et des frères musiciens ... Wikipédia

    Origine : France

    Albums : Best of, California

    Membres : Christophe Desprès, Stéphane Desprès

    Pacifique - Quand tu serres mon corps

     

     

     

     

     

     

    c'est toi ...

    qui a guidé mes premiers pas

    dans les jardins secrets

    de l'amour en liberté

    de toi,

    j'ai appris à subir la loi

    esclave de tes bras

    j'ai oublié la peur, la honte et les remords

     

    (Refrain)

    quand tu serres mon corps

    tout contre ton corps

    comme un volcan qui dort

    se réveille encore...

    je suis femme,

    sans armes,

    prise au piège d'un charme trop fort

    quand tu serres mon corps

    tout contre ton corps

    comme un volcan qui dort

    se réveille encore...

    et mon âme,

    s'enflamme

    a ce feu qui me dévore

     

    de toi,

    je garderai le doux secret

    des plaisirs indiscrets

    de tous nos jeux dangereux...

    pour toi,

    je n'aurai jamais d'autre loi

    que celle de t'aimer

    bien plus fort que la peur, la honte et les remords

     

    (au refrain)

     

    je suis femme,

    sans armes,

    prise au piège d'un charme trop fort

    quand tu serres mon corps

    tout contre ton corps

    comme un volcan qui dort

    se réveille encore...

    je suis femme,

    sans armes,

    prise au piège d'un charme trop fort

     

    je suis femme,

    sans armes,

    prise au piège d'un charme trop fort

     

    « Luna Parker - Tes états d'âme... EricJacques Brel - Ne Me Quitte Pas »
    Technorati

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :